dimanche 5 novembre 2017

Et la lumière fut

Ce mystère infini. La lumière qui voyage plus vite que le son. Celle qui réconforte, qui nous guide, qui nous réchauffe et nous protège. Le romancier Haruki Murakami écrit que le bonheur est : "là où il y a de la lumière, il y a nécessairement de l’ombre, là où il y a de l’ombre, il y a nécessairement de la lumière." La lumière a longtemps été associée à cette paix intérieure que l’on cherche perpétuellement à cultiver. L’artiste la transpose sur sa toile, car les couleurs viennent d’elle. La science mesure le temps avec des années-lumière. Les enfants la laissent danser sur le bout de leurs doigts et quand on éteint la lumière, ils nous demandent où elle est allée. Nous avons compris très tôt l’importance de la lumière. C’est la source de vie inaltérable que l’on manipule à notre gré.


Des lucarnes géantes éclairent et réchauffent notre maison.
Éclairage naturel de la cuisine
Quand vint le temps de faire les plans pour l’éclairage de notre maison, l’architecte en a discuté longuement avec nous. La fenestration imposante apporte suffisamment d’éclairage naturel que ce soit au rez-de-chaussée ou au rez-de-jardin. Au cours des saisons, nous suivons la course du soleil sans même avoir besoin d’aller à l’extérieur. Les chiens assis imposants, des lucarnes géantes dans la salle de séjour, salle à manger et la cuisine nous donnent l’heure juste. La nuit, c’est la lune qui nous éclaire et la fameuse voute céleste de Charlevoix avec sa voie lactée visible à l’œil. Toutefois, la vraie vie n’est pas si romantique. Quand les journées raccourcissent et que le soleil descend derrière les montagnes du célèbre astroblème charlevoisien, comme un reflex bien rodé nous allumons les lumières, non seulement pour fonctionner, mais pour nous réconforter.
Dans notre boisé, il fait noir comme chez le loup. Donc, une fois le plan d’éclairage établi, il fallait revoir les exigences de LEEDv4 pour obtenir la certification. C’était le début d’un exercice fort agréable sous l’œil expert de Michel Pilote, designer d’éclairage et propriétaire de Luminaire Décor Etcetera, de Baie-Saint-Paul. Pour ce faire, nous avons étalé nos exigences, les plans de l’architecte et nos goûts personnels. Michel est venu sur le chantier à plusieurs reprises et a mandaté un spécialiste de la lumière pour peaufiner le design quand vint le temps de choisir l’éclairage dans le garage de mon conjoint qui avait des exigences spécifiques à cet égard.


Une fusion de l'extérieur et de l'intérieur
Pour que l'éclairage soit écologique et écoénergétique, il va sans dire que le contrôle est la priorité. On favorise la lumière naturelle et nous l’avons atteint avec la fenestration qui compte pour plus de 33 pour cent de la maison dont plus de 90 % des pièces ont accès à la lumière naturelle. Un ingénieur a fait le calcul pour optimiser l’apport de la lumière, car dans notre cas, la lumière naturelle procure aussi de la chaleur. Nous avons donc des fenêtres placées stratégiquement dans certaines pièces pour utiliser la lumière naturelle, et des portes intérieures vitrées pour diffuser la lumière dans les couloirs.
Éclairage indirect
L’éclairage intérieur adapté à nos besoins quotidiens est contrôlé par un programme de domotique résidentiel pour le confort et la sécurité. Nous avons choisi des contrôles manuels avec interrupteurs, des détecteurs de mouvement, des capteurs intelligents, des gradateurs, des témoins pour indiquer qu’une lumière est allumée dans une pièce peu visitée. Tous les appareils, luminaires et accessoires sont homologués Energy Star pour obtenir le niveau de performance énergétique supérieur exigé par LEED v4. De ce fait, nous pouvons mesurer et suivre la performance énergétique réelle pour fournir des mesures correctives. Nous utilisons également de l’éclairage indirect pour valoriser certaines caractéristiques architecturales comme les textures et les matières nobles.

Lecteur en temps réel
Puisque l’éclairage compte pour plus de 5 à 10 % de la consommation de l’énergie d’une habitation, il joue un rôle important dans l’accréditation LEED v4. Michel Pilote nous a guidés dans nos choix en nous offrant un vaste choix et d’options en recherchant personnellement ce dont nous avons besoin. Tous les appareils qu’il nous a vendus sont Energy Star, une homologation exigée par LEEDv4 et qui amène des économies de 50 à 70 % en consommation d’énergie. Il nous a également fourni un appui indéniable pour l’éclairage DEL pour optimiser son utilisation. Son design favorise de bonnes habitudes d’éclairage. Il utilise l’ampoule dont l’intensité lumineuse convient à nos besoins spécifiques, le nombre adéquat de luminaires pour l’éclairage général, l’éclairage localisé pour accentuer des éléments ou pour faire certaines tâches. Les ampoules DEL utilisent 90 % moins d’électricité et ont une longévité de 20 ans.
Les inventeurs des diodes électroluminescentes ont reçu le prix Nobel de physique pour cette découverte et mise en application. Toutefois, comme toute bonne chose, il y a un bémol. Les ampoules DEL produisent de la lumière bleue utilisée partout, la télé, le cellulaire, la tablette numérique, l’ordi. C’est aussi une tendance en architecture pour ses qualités de lumière froide. Normalement, la lumière que l’on perçoit semble blanche, mais elle réellement un mélange de couleurs. On a qu’à penser aux couleurs de l’arc-en-ciel. Il y a aussi d’autres lumières que nous utilisons quotidiennement comme les ultraviolets, les rayons X, les infrarouges et les microondes. Nous connaissons les précautions dans certaines de ces applications, mais nous ignorons l’apport des lumières DEL dans nos pratiques quotidiennes. La lumière bleue produit des modifications moléculaires au niveau de la rétine, du cristallin et de la cornée. Elle peut causer un vieillissement prématuré des structures de l’œil telle la dégénérescence maculaire et occasionner des cataractes. La lumière bleue a aussi ses effets thérapeutiques comme la luminothérapie pour ses effets sur la dépression saisonnière. Dans notre cas, les risques photobiologiques sont minimes puisque nous avons choisi des lumières DEL au blanc chaud, contrairement au bleu froid.

Éclairage tamisé
Pour l’extérieur, nous avions plusieurs critères tels des appareils Energy Star, l’utilisation de la technologie Del, la mise en valeur des qualités architecturales de notre résidence et de son aménagement paysager, la sécurité et les voies d’accès. Le tout a été réalisé avec des capteurs de mouvement, des cellules photovoltaïques et des commutateurs directs. L’effet de la lumière sur la texture du revêtement de la maison met non seulement en valeur ses propriétés esthétiques, mais aussi assure un éclairage plus ponctuel et tamisé. Puisque notre propriété est riveraine, la réduction de la pollution lumineuse s'est ajoutée à notre liste. Michel Pilote nous a guidés pour éviter la lumière intrusive, l’éblouissement et le suréclairage.
Exemple de pollution lumineuse
La pollution lumineuse est la conséquence de l’éclairage artificiel nocturne sur la faune, la flore, les écosystèmes. Cette pollution engendre un déséquilibre sur le comportement, les fonctions physiologiques et les rythmes biologiques, la désorientation temporelle de l’écosystème environnant et des espèces qui l’habitent. Les habitudes ancestrales de la faune terrestre et aquatique peuvent être perturbées par la pollution lumineuse au niveau de la reproduction, la migration, le sommeil et la recherche de la nourriture.

Les bateaux de croisière passent chez nous.
Le soir nous voulons voir les voiliers, les vraquiers et les bateaux de croisière tout illuminés passer sur le fleuve. Indéniablement, la meilleure lumière le soir est la voute céleste de Charlevoix. La pollution lumineuse nuit à cet exercice. Nous avons tout à gagner en demeurant discret sous les voiles de la nuit.

La lumière est la source de vie inaltérable que l’on manipule à notre gré. La leçon que nous avons soutirée de cette expérience démontre encore une fois que lorsque nos valeurs deviennent intrinsèques à nos réalisations, la courbe d’apprentissage ne peut que monter pour améliorer notre sort. C’est en changeant notre zone de confort et calmant nos doutes que l’on grandit que l’on adopte un nouveau paradigme pour protéger nos principes. Cela ajoute une grande qualité à notre quotidien. Maintenant, quand j’allume ou j’éteins une lumière, je sais que je ne suis pas seule. J’ai toute la planète, les étoiles, et Gaia qui soupirent de reconnaissance.